Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum
Vos Poèmes Poèmes Poètes Concours
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

Si

 
Si les feuilles d’automne
Savaient que le soleil
Aurait mis le feu à leurs couleurs,
Elles n’auraient pas verdi,
Des printemps durant,
Les balades au regard des promeneurs.

Si les flots des crues
Savaient qu’en aval des montagnes
Un enfant couchait sur le lit,
A même le sable et les galets,
Ils auraient changé de vallée
Et creusé sur le roc
Un autre sentier pour les eaux.

Si ton silence était d’or
Il aurait tout dit,
Tout éclairé de sa luisance
Pour que rien ne se cache
Et qu’on n’aurait pas besoin de mots pour s'exprimer.

Si ton ombre te suit dans l’errance,
Ne brusque pas son haleine;
Tu aurais couru sans dessein
Et ton souffle s’épuiserait
A fuir la peur d'être toi même
Et faire face à ton destin.

Si ton départ est pour toujours
Laisse au moins ta mémoire.
Elle balisera les chemins de ton retour ;
Trainée de lait
Dans un ciel en robe de soirée,
Abandonné au rythme des musiques
Et danses des collines étoilées.


Enregistré le 13 Novembre 2016 à 15:29
par Unpoeme - 1836125lui écrire blog
(tous ses textes)

Oeuvre Originale

Conditions générales Contact
Créé et hebergé par Capit


Si les feuilles d’automne Savaient que le soleil Aurait mis le feu à leurs couleurs, Elles n’auraient pas verdi, Des printemps durant, Les balades au regard des promeneurs. Si les flots des crues Sav