Accueil | Connexion
Atlantide - 1423156 
Skip Navigation Links.
Favoris \ Textes

Poèmes lysandra - 1562562

25 ANS toi et moi


25 ans de complicité
25 ans de bons et mauvais souvenirs
<==clic

Nous avons partagé
tant de chose,
tant de plaisir,
tant de peur,
tant de folie,
tant de doute,
tant de passion
Nous avons essuyé
des tempêtes,
des calmes plats
des coups de gueule,
des coups dur,
des moment de bonheur,
des moments d’extase

Nous avons vue
tant de beaux paysages
tant de belles vagues
tant de personne différente
tant d’horizons variés
tant de vie en nombre de lieux
tant d’heures de partage

SALAM Aldebaran



Saturday, December 12, 2009
1:25 PM

Oeuvre originale
Auteur : moi même

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

43 Commentaires
Impression : Extraordinaire

hé oui ,, malheureusement ça n'arrive pas qu'aux autres bisous ma copine ,

Poèmes lysandra - 1562562

ISABELLE


Isabelle

Pourquoi tu nous as fait ca ??
Pourquoi tu es partie ainsi sans prévenir ??
Pourquoi tu n’es pas venue me voir ??
Pourquoi ??Pourquoi ?? Pourquoi ??

Isabelle
Je comprends ton geste
Je comprends ta douleur
Je comprends ta souffrance
Je comprends ton besoin de paix

Isabelle
Jamais je ne t’oublierais
Jamais je ne laisserais ton fils
Jamais je ne te pardonnerais
Jamais je ne te condamnerais

Isabelle
Repose enfin en paix


Monday, September 08, 2008
9:00 PM

Oeuvre originale
Auteur : moi

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

46 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Poèmes lysandra - 1562562

Là où la douceur réside


Là où la douceur réside

Les mots de soie enrobent ma peau nue
Une larme voilier, sur ma joue océan
Les rires d'un enfants comme mon propre chant
La course du soleil... celle du bonheur mis à nu

Naître dans le voile orangé d'Aurore
Prince au midi, que rayonne l'espoir
Le souffle de la vie qui cessera au soir...
Renaîtra demain si on l'attends encore

Une larme sur un cil tarde à tomber
S'accrochant à la vie avec désespoir,
Une autre prendra sa place à cette heure
Larmes ayant pour mère Douceur ou Douleur ?
A toi de choisir petit coeur... d'y croire ....

Au Bonheur

Saturday, November 25, 2006
11:11 AM

Auteur : Calli Kayan (poéme protegé)

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

21 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Poèmes lysandra - 1562562

Couleur d’Esprit


Couleur d’Esprit

Une feuille sur laquelle j'écris
L'encre deviendra ses nervures
Ma plume tracera ses aventures
Ma main sera son arbre, sa patrie

Dites-moi où je puis trouver moi enfant?
une couleur d'esprit qui ne soit pas monotone
Que ma feuille blanche soit d'automne
Sans jamais tomber cependant


Saturday, November 25, 2006
11:11 AM

Auteur : Calli Kayan (poéme protegé)

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

23 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Chansons Lilou - 1500114

La famille


Je suis né j'étais marmot
Déjà au bord du berceau ça piaffait à tout-va
Ce gosse ne ressemble à rien
A personne d'entre nous qui peut dire d'où il vient
Ah que n'ai-je donc pas glissé
Des mains du chirurgien
Qui m'a sorti comme un chien
Comme le dernier d'une portée
Mais y a la famille, et la famille, ça vous envahit

C'est comme ça que j'ai eu dix ans
Je me suis tu en rêvant mais les rêves d'un gosse
Chez nous c'était mal venu
Soit t'es un dur et c'est bien soit le frangin te rosse
Ah que n'ai-je donc pas brûlé
Le cocon familial
Son plafond aux poutres sales
Qu' j'ai tant voulu voir tomber
Mais y a la famille, et la famille, ça anéantit

D' la gnôle au p'tit déjeuner
Alors vint la puberté qui n' me fit pas de cadeau
J'ai voulu être poète
Mais les seuls vers de chez nous se récitaient cul sec
Ah que n'ai-je donc pas pillé
La cave de mes vieux
Le pinard de leurs aïeux
Bien plus que moi adoré
Mais y a la famille, et la famille, ça vous crucifie

(chanson de Jeanne Cherhal)

Après-demain je vais crever
D'une mort programmée d'un beau suicide en sorte
Et quand mon glas va sonner
Je m'en irai les regarder de l'autre côté de la porte
Ah que n'ai-je donc pas crié
Du temps où bien vivant
J'aurais pu à bout portant
Leur gueuler que la famille
C'est elle qui m'a tué

Saturday, July 22, 2006
2:53 PM

Auteur : Jeanne Cherhal

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

31 Commentaires
Impression : Extraordinaire

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 12/12/2018 à 16:19:58



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit