Accueil | Connexion
niki - 154942
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Déclarations d'amour   Tous ses textes


Quelques mots




Quelques mots pour te dire que je pense à Toi

**

Au moment où tu recevras ce mot, je serais sans doute ici
en train de penser à toi....
comme il m'arrive si souvent.

Au moment où tu ouvrira cette enveloppe, je serais sans doute ici,
en train de sourire....
comme je le fais si souvent, chaque fois que je pense à toi.

Au moment où tu liras ces quelques lignes...J'espère que tu sauras,
combien tu compte pour moi,
en ce moment et pour toujours.

Et au moment ou tu reposera ce mot, pour retourner à tes occupations,
souris en pensant à moi et souviens toi,

Que je serai encore en train de penser à toi.


Sunday, October 19, 2014
11:41 AM

Auteur : A.Rogers

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

4 Commentaires

Notre amour



Notre amour vaut tous les efforts qu'il nous coûte parfois

**

Cela n'a pas été facile pour nous ces derniers temps on dirait que quelque chose se dresse entre nous
Le problème n'est pas de savoir à qui revient la faute car chacun de nous a sa personnalité et il n'y a aucun mal à cela.
Je ne sais ce que c'est, mais je pens qu'au fond, nous avons quelque chose de valable.
Si nous pouvons traverser cette turbulence... nous trouverons le bonheur auquel nous aspirons, l'un et l'autre.
Ce n'est pas facile a réaliser, mais je pense que notre amour en vaut la peine.
TOI, en tout cas, je sais que tu en vaux la peine

Sunday, October 19, 2014
11:24 AM

Auteur : G.LaFollette

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

Soleil Couchant



Les ajoncs éclatants, parure du granit,
Dorent l'âpre sommet que le couchant allume;
Au loin, brillante encor par sa barre d'écume,
La mer sans fin commence où la terre finit.

A mes pieds, c'est la nuit, le silence. Le nid
Se tait, l'homme est rentré sous le chaume qui fume;
Seul, l'Angélus du soir, ébranlé dans la brume,
A la vaste rumeur de l'Océan s'unit.

Alors, comme du fond d'un abîme, des traînes,
Des landes, des ravins, montent des voix lointaines
De pâtres attardés ramenant le bétail.

L'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre,
Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre,
Ferme les branches d'or de son rouge éventail.



Sunday, October 19, 2014
10:29 AM

Auteur : José-María de Heredia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

Mon fils,



Le jour où tu trouveras que je suis devenue trop vieille,
essaie d’avoir un peu de patience envers moi
et essaie surtout de me comprendre,
mon fils...

Si je répète la même chose des dizaines de fois, ne m’interromps pas !
Écoute-moi !
Quand tu étais petit, tu voulais que je te lise la même histoire,
soir après soir, jusqu’à ce que tu t’endormes.

Si je ne me lave plus aussi souvent sous la douche,
ne me réprimande pas et ne me dis pas que c’est une honte.
Souviens-toi combien de raisons je devais inventer
pour te faire prendre un bain quand tu étais petit.

En voyant mon ignorance vis-à-vis des nouvelles technologies,
ne te moque pas de moi, mais laisse-moi plutôt le temps
d’assimiler tout ça et de comprendre.

Je t’ai appris tant de choses… bien te tenir à table… bien t’habiller…
bien te présenter… comment confronter les problèmes de la vie…
"Le jour où tu trouveras que je suis devenue trop vieille,
essaie d’avoir un peu de patience envers moi
et essaie surtout de me comprendre."

S’il m’arrive à l’occasion de manquer de mémoire
ou de ne pouvoir suivre une conversation…
laisse-moi le temps nécessaire pour me souvenir…
et si je n’y parviens pas, ne sois pas nerveux et arrogant…
car le plus important pour moi, c’est d’être avec toi et de pouvoir te parler.

Si je refuse de manger, ne me force pas !
Je sais très bien quand j’ai faim et quand je n’ai pas faim.

Quand mes pauvres jambes ne me permettront plus
de me déplacer comme avant…
…tends-moi les bras comme je tenais tes petites mains
pour t’apprendre à faire tes premiers pas.
Et quand un jour, je te dirai que je ne veux plus vivre…
que je veux mourir… ne te fâche pas…
car un jour, tu comprendras aussi à ton tour !

Essaie de comprendre qu’à mon âge, on ne vit plus vraiment.
On survit simplement.
Un jour, tu comprendras que malgré toutes mes erreurs,
j’ai toujours voulu ce qui était le mieux pour toi et que
je te préparais le terrain pour quand tu serais grand.

Tu ne dois pas te sentir triste, malheureux ou incompétent
face à ma vieillesse et à mon état.
Tu dois rester près de moi, essayer de comprendre
ce que je vis, faire de ton mieux comme je l’ai fait à ta naissance.

Aide-moi à marcher… aide-moi à terminer ma vie avec amour et patience.

La seule façon qu’il me reste pour t’en remercier, c’est un sourire et
beaucoup d’amour pour toi.

Je t’aime… mon fils !

Monday, September 08, 2014
2:36 PM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

Une larme




Elle coulât le long de mes joues,
Laissant derrière elle un soupçon de chagrin.
Elle laissa mes yeux pour aller mourir doucement...
D'où elle naquit, nul ne le saura,
Qui l'a fait naître, non plus...
Seul mon cœur meurtri en connaît les mots,
Qui servent à la décrire.
Elle est le résultat d'un amour manqué,
D'une douleur latente.
Elle est ce qui déborde en moi.
Une vie à la dérive l'a fait naître,
Un destin qui renonce à me voir.
Elle t'appartient,
Elle n'est pas mienne...
Même si de mes yeux elle coule.
Elle est venue pour me soulager,
Pour m'empêcher de succomber.
Secrètement, dans le silence,
Sans que personne ne s'en aperçoive.
Cette larme,
Je ne l’ai pas souhaitée,
Je ne l'ai pas désiré.
Mais elle est là dans mes yeux,
Elle tombe et me mouille de peines.
Elle transporte en elle toute une vie,
Un chagrin que je ne sais décrire.
Tu me manques,
Plus que je ne saurais jamais le dire.
Et c'est le manque de toi qui fait ces larmes,
Ces larmes qui me viennent de toi...
Sans que tu le saches...
Ces larmes qui naissent dans mon silence,
Dans le plus profond de mon cœur,
La ou tu existes...
La ou je t'ai mise,
Cachée pour moi tout seul.
Cette larme,
Fruit de mon amour pour toi,
D'une amitié inégale et unique.
Elle part de mes yeux pour s'envoler,
Et aller te rejoindre dans tes pensées.
Plus qu’une larme,
Elle est un reflet de moi,
De ce que je ressens pour toi...
Sans que tu le saches,
Je veux te la donner.
Te l'offrir en cadeaux,
Dans le silence de nos pensées.
Sans que tu le saches je pleure,
Une larme pour toi
Please download

Tuesday, July 01, 2014
9:19 AM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

1 Commentaires

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 21/01/2018 à 17:43:36



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit