Accueil | Connexion
Trazi - 826035
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Poèmes   Tous ses textes


Chanson pour Marseille


Marseille

Arrête de faire la pute et la soumise,
T’es pas gamine qu’un parisien sodomise
Entre mer et ciel, tanquée, telle une calanque,
Jouant La tchatche, corsée, comme une pétanque
Tu es femme, mère de méditerranée
Ardente de toutes ces langues fusionnées
Solide et nerveuse comme un mistral d’hiver
Populaire et simple comme une bonne mère.

Marseille

Toi qui rêve, le regard et le pied marin,
Arrête de lécher le cul de tes parrains
Gaudin et Guérini titillent tes points G
Pendant qu’ils bercent, arrosent leurs protégés
Ils t’entrainent dans leurs dettes et la galère
Redevient femme fière comme Canebière
Ne te brade plus à l’encan pour des promesses
Ou des tours clinquantes comme feintes caresses

Marseille

Tes riches ne trouvent plus de place au vieux port
Tes pauvres s’entassent loin dans les quartiers nord
Ta rocade dort depuis longtemps dans sa gangue
Et toutes tes associations sont exsangues
A cause des coquins tes euros se gaspillent
A travers des opérations de prestige
Qu’aucun vrai marseillais n’a jamais demandées
Mais pourtant tes élus n’en font qu’à leur idée

Marseille

Redevient port libre, jette ceux qui t’enivre
Réapprend à tes pitchouns comment il faut vivre
De leur travail et non aux frais de leurs copains
Le plus beau est ce qui sortira de leurs mains
Qu’ils laissent la combine aux cons trop paresseux
Qu’ils laissent les pouvoirs aux pédants prétentieux
Ce n’est pas ce que tu consommes qui séduit
Mais ce que tu fabriques, ce que tu produis

Marseille

Désinfecte ton minou de tous ces morpions
Qui t’irritent le poil et te sucent le fion
Ne garde que des dockers réglos, baraqués
Car ton sexe est ton port, nul ne peut le maquer
A toi de vouloir le rendre enfin respecté
Parfumé, lumineux, ouvert, expérimenté
Pour qu’une palanqué de vaisseaux le fécondent
Tolérant, passionné, pour accueillir le monde

Marseille

Ne te contente pas de muscles et de buts
Arrête de ramper, de vivre de rebus,
Tu crains degun, testard, choisi ton futur
Enrichie de presque trois mille ans de culture
Raffinée, autrefois, tu savais publier !
Opéras, théâtre, chant, l’as-tu oublié ?
Rappelle-toi que tu as appris aux françaises
A aimer chanter tous en chœur la Marseillaise

Marseille

Toi pour qui la belote est une chose sérieuse
Et la bourse une imbécilité prétentieuse
Tu sais te montrer plus belle que tes misères
De Longchamp au Pharo jusqu’à la Bonne Mère
Ne joue plus la bordille à faire le trottoir
Ne confie plus ta destinée contre un pourboire
Parmi Barcelone, Gène, avec Rotterdam
Reviens t’attabler au banquet des grandes dames

Marseille

Canebière grimée, porte d’Aix étouffée
Ton radoub bousillé, tes usines bradées
Des calus ont cassé ton vieux tram, malveillance !
Qui roulait de pointe rouge à Aix en Provence
Des plages de l’Estaque aux maraichers d’Aubagne
Pour t’affubler d’une parure de cocagne
Un métro rabougri qui tourne en rond exprès
Et ce tram qui ne fait que lui courir après.

Marseille

Quand Samir, Angelo, Juan, Nicos, Abou,
David, Doumé, Kim et Marcel, font tous les fous
C’est toutes les filles qui jouent un peu cagoles !
Rient de vos galégeades, mais ne sont pas folles
Quand ils ont des rires des projets des idées
Tout le monde se fout de leurs identités
Quand ils font des couillonnades ou vilenies
Alors les fadas stigmatisent leurs ethnies !

Marseille

Synagogue, Mosquées, Eglises, mélangées
Entre troquets, librairies, théatres, musées,
Du thé, du pastis, chacun offre ce qu’il aime,
Qui son vin, son khébab, qui son hash, ou ses nems,
Ta force est ton rire, ne soit plus abusée
Par ceux qui ne pensent qu’à pouvoir te baiser.
Qui se croient compétent, t’imaginent putain.
Tu mérites mieux que des Guérini – Gaudin.

Monday, May 09, 2011
6:19 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

4 Commentaires

Lettre au service d’ordre de Syrie et d’ailleurs…


Toi le gardien, le policier, le militaire
On te paye pour protéger des frontières
Savoir combattre, pour la paix de ta patrie
Avec courage tu sauras risquer ta vie
L’honneur à l’esprit et le fusil à la main
Ta vocation, la sureté des lendemains
Des ordres pour l’ordre, il te faut obéir
Mais tu ne dois pas oublier de réfléchir.

Regarde qui te paient, observe ce qu’ils veulent
le chef ne te solde qu’avec l’argent du peuple
C’est donc au peuple que tu dois de rendre comptes
Entre toi qui te risque pour remplir tes fontes
Et celui qui donne sa vie pour tous ses frères
A ton avis lequel des deux est plus sincère ?
Ne vois tu pas qui ment qui triche qui profite ?
Nul ne devient riche s’il n’est pas égoïste

Il est facile de te parquer en casernes
Pour te désigner où est le mal on te berne
Le bien n’est guère du coté de qui régale
Mais plutôt avec qui souffre de la fringale
Du faible qu’on te dit criminel, délinquant,
Le grand chef dans ton dos, te désigne une cible !
Quel besoin a-t-il de te pousser à haïr,
Te fringuer conforme, soumis pour obéir

Ils te font mépriser qui tu ne connais pas
Parce qu’il n’est pas né au même endroit que toi
Ils te font oublier ta famille et ta place
La médaille militaire a toujours deux faces
Coté face, des couleurs crues tracent l’honneur
Coté pile, la douleur crie, stressée d’horreur
A toi de choisir pion sur l’échiquier d’un chef.
Ou devenir acteur dans l’histoire des tiens.



Monday, May 09, 2011
6:18 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

Les deux puits (conte)


(Ce n'est pas un poème mais un conte:)

LES DEUX PUITS

Il était une fois, ou plutôt deux fois une ferme. C'était à la croisée des chemins, quelque part dans la plaine, deux frères avaient chacun leur bâtisse aux deux cotés du vallon ou passaient des colporteurs révélant leurs trésors, des ouvriers en quête de quelques travaux, des étrangers pleins d'histoires, des princes et leurs carrosses rarement, des inconnus souvent.

Deux belles fermes bruyantes du chant des basses cours, où le parfum des étables et des greniers se mêlait à celui des fleurs et des fruits. Solides constructions de pierres, accueillantes protégeant une grande cour ou chacun avait son puits.


Qui peut connaître les chemins de l'eau sous la terre ?

Ils s'entendaient bien, partageant le pain et la sueur, accueillant le passager, profitant des saisons et du bon temps qui leur offrait récoltes et fruits à foison. Offrant aux visiteurs qui venaient leur demander un peu d'eau, le gîte et le couvert avec le sourire en plus. Et chaque soir la veillée renvoyait des échos de rires et de chansons…

Le ciel est bleu, le ciel est gris, tantôt le gel tantôt soleil. Le monde chante un jour, pleure le lendemain. Comme le temps vient, les malheurs aussi.

En cette année là, le malheur pris d'abord un masque de beau visage, un beau ciel bleu de printemps et une douce chaleur, puis il montra son œil, soleil de canicule, puis il ouvrit son manteau de sécheresse dans un grand vent de poussière, et là il se coucha sur la plaine de tout son long temps. Les deux frères commencèrent à comprendre que ce malheur là, n'avait pas envie de repartir.

Les chansons n'étaient plus au coin du feu, le travail devenait plus dur et c'est à corps et à cris que chacun essayait de survivre. C'est quand le malheur les déshabille, que les caractères se révèlent et chacun des frères commença à aider l'autre, mais lorsqu'il n'y eut presque plus de grain à manger, chacun resta chez lui et réfléchit comment s'en sortir.

Fallait-il quitter le pays ? Aucun des deux ne s'y résolu d'autant que les voyageurs racontaient que partout la canicule faisait rage et désolation.

Dans les vibrations de l'air brûlant, où même les cigales s'arrêtaient de chanter, le plus jeune des frères continua comme avant son travail, et garda ses habitudes. Il puisait l'eau rare de son puits chaque jour plus souvent, pour essayer de sauver quelques-unes unes de ses plantations brûlées de soleil. Il s'épuisait à en tirer la moindre goutte pour abreuver ses bêtes et les gens de passage.

Le frère aîné, le plus sage, choisit d'économiser son eau. Il ne tirait que le minimum afin de garder une réserve, pour avoir le lendemain un espoir de survie des siens. Lorsque l'étranger frappait à sa porte, il expliquait qu'il ne pouvait plus rien offrir, et s'excusait en disant qu'il se devait de penser d'abord à sa famille.

Qui peut connaître les chemins de l'eau sous la terre ?

Plus les jours passaient plus les gens fuyaient la sécheresse, et sur la route, des familles entières erraient en quête d'une meilleure contrée épargnée de celle chaleur et de cette misère.

Frappant à la première ferme, ils n'eurent bientôt plus de réponse, sur la porte était écrit : "Passez votre chemin, nous ne pouvons rien pour vous, nous n'avons même plus assez pour nous même". Derrière les murs, chaque jour le frère sage puisait un peu d'eau, même pas assez pour sa famille, et sa femme le disputait en ces termes :
- "Regarde ton frère, lui ne laisse pas les siens mourir de soif !"

Mais dans l'autre ferme le frère cadet les accueillait tout couvert de poussière. Il lançait encore son seau dans le puits pour eux, et remontait beaucoup de sable jaune d'où suintait une toute petite cuillerée d'eau comme si elle devait être la toute dernière. Mais sa femme le lui reprochait en ces termes amers :
- " Pauvre fou qui donne sans compter, écoute plutôt les sages conseils de ton frère, il sait économiser son bien pour survivre, lui !"

Qui peut connaître les chemins de l'eau sous la terre ?

Les semaines sans pluies continuaient, et souffrant de la soif, celui qui donnait sans compter vint vers son frère sage et lui demanda :
- "Toi qui as su économiser, peux-tu me donner un peu de ton eau ?"
- "Non répondit l'économe, puisque tu la gaspilles même pour abreuver des étrangers de passage, je ne vois pas pourquoi je t'en donnerais, retourne chez toi."

Mais peu à peu, seau après seau, le premier puits donnait encore de l'eau mais de plus en plus verte, de moins en moins bonne, avec un goût de vase…

Le second puits raclé jusqu'à la dernière goutte, jusqu'au sable, donnait toujours aussi peu à chaque fois, mais c'était une eau claire et vivante.

Peu à peu, le premier puits devint tellement envasé, qu'il ne remonta bientôt que de la boue, et un jour arriva ou le seau ne remonta qu'une pierre. Alors le frère aîné si sage vint chez son frère et lui demanda :
- "Toi qui continue de donner à tous, peux-tu me donner de ton eau ?"
- "Non, répondit le fou, puisque tu l'économises même quand tu en as besoin, je ne vois pas pourquoi je t'en donnerais."
- "Aujourd'hui mon puits est sec, tu ne peux refuser à ton frère ce que tu accorde à l'étranger ?"
- "Tu viens me demander ce que tu m'as refusé ? Qu'as-tu fais de ton eau, tu as voulu la conserver ? La vie peut-elle être conservée ?"
- "C'est la sécheresse qui est la cause de nos malheurs !"
- "Non, c'est la sécheresse de ton cœur !"
- "Les miens meurent, que faut-il que je fasse ?"
- "J'accepte de te donner l'eau qui me reste à une condition : Que tu l'offres toute au premier voyageur qui passe."
- "A quoi bon, je n'en aurais plus ?"
- "Qui peut savoir ? Peut-être qu'en grattant encore mon puits nous en redonnera si tu l'as mérité."

L'aîné accepta, il prit les quelques gouttes d'eau dans une tasse et lorsque le premier passant vint sur la route il les lui offrit. Mais en faisant ce geste une grande joie lui vint : Comme s'il avait posé un lourd fardeau, il se libera de tout le manteau de sagesse qui l'empêchait de vivre.

Au retour, les deux frères durent travailler dur et lancer dix fois, vingt fois le seau dans le puits, remonter dix fois, vingt fois un peu de sable jaune avant de pouvoir enfin remonter de quoi remplir un petit verre d'eau plus délicieuse que la plus grande fête.

Aujourd'hui, si vous passez sur cette route il n'y a qu'une ferme à la croisée des chemins au lieu dit "l'eau du fou" : Elle s'appelle "les deux puits", et l'étranger qui n'a pas entendu cette histoire s'étonne de n'y voir qu'un seul puits qui est ma foi fort profond. Une légende raconte même que les jours de grandes sécheresses, le seau y plongerait si profond qu'il peut remonter de l'or.

Qui peut connaître les chemins de l'eau sous la terre ?

Mais tous ces bavardages
Ne sont que des histoires,
Vous êtes bien trop sage,
Pour y croire.

Monday, May 09, 2011
6:16 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires

fenêtre sur cour


Penchée tous les matins pareil
Au premier rayon du soleil
A sa fenêtre de cuisine
Capiteuse et jolie voisine

Comme une artiste de valeur
Dans un rayon de projecteur
Entre nos murs sa voix câline
Résonne en source cristalline

Mais un abîme nous distance
Elle ignore mon insistance
Diva hautaine et délicate
Qui ne fait qu'appeler sa chatte

Sunday, February 05, 2006
7:44 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

13 Commentaires

...le livre...


Oh quand soleil s'endors
Au somptueux décors
Pour pleurer la mort
Mort de ce jour perdu
A la corde de l'oubli
Qui nous tire à la mort
Cloués par nos habitudes
Entre frics et études
Logique entravant les rêves
Rêves quand revient la nuit
Que la nuit sourit
De nos prétentions humaines
Quand les fleurs du soir
Eclosent de flammes d'or
Dans l'âtre du confort
Et que le livre prend vie
Quand le contenu décrit
L'épopée héroïque
De ce monde fabuleux
Ou le chevalier nous attire
Dans des guerres de Dieux
Quand tu te sens vainqueur
D'une ville de diamant
Gardée par des dragons
Aux cuirasses d'ivoire
Quand coule entre tes mains
Ces trésors d'airain
Qu'on appelle puissance
Que se jette à tes pieds
Les déesses immortelles

Oh quand le feu s'éteint
Que le livre se referme
Sans espoir de lendemain
Riche d'aventure nouvelle
Loin des rois de pays étranges
Aux murailles défiant le temps
Et qu'il faut que tu te vois
Toi le dupé de l'histoire
Avec ce jour qui vient
Soucis aux autres pareil
Avec aucun Dieu pour arrêter
L'engrenage endiablé
Des semaines de travail
Et des dimanches d'ennuis
Et que tes yeux se referment
Que ton esprit d'offre
A l'inconscient sommeil
Quand les idées s'effacent
Que les mos se taisent
Chaud dans le ventre de ton lit
Dans le ventre de la mère
Sans espoir de renaître
Enfin quand tu t'endors
Pour oublier le temps
Qui ronge ton espoir
Pour t'habituer à la mort
Qui barre ton avenir

Sunday, February 05, 2006
7:42 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

8 Commentaires

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 22/08/2018 à 03:23:26



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit