Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum

L'amour à l'extérieur

La meilleure façon de faire l'amour, c'est d'éviter au maximum la pénétration. C'est dur (et quelquefois même très dur), mais apporte toutes sortes d'autres satisfactions. La preuve, cette histoire, vraie, bien entendu.

Un beau jour, un jeune homme rencontre une jeune fille. Très vite, il s'attache l'un à l'autre (très vite c'est deux ou trois jours). Il sent qu'elle est attirée irrésistiblement vers lui. Elle sent qu'il en est de même pour lui. Fort de ces sensations communes, le jeune homme décide d'emmener la jeune fille dans sa chambre, puis de la renverser avec un croche pattes sur le lit, puis de la caresser bien partout, puis de la pénétrer comme un jeune mâle en rut (pas “ comme ” ! “ C'est ” un jeune mâle en rut. (D'ailleurs, essayez de renverser une jeune femme sur un lit, de la caresser bien partout, et essayez ensuite de ne pas devenir un jeune mâle en rut ? !). STOP !

Elle ne veut pas être prise sauvagement. Elle préfère, dit-elle d'une petite voix énamourée malgré tout, elle préfère donc, attendre encore un peu... Ils ne se connaissent pas assez... Ce n'est pas qu'elle ne veuille pas, mais elle trouve cela tellement rapide que...

Qu'il ne prenne surtout pas son attitude comme négative... Elle sent que cela peut devenir important entre eux, et ne veut pas tout gâcher en bousculant les étapes. Le jeune homme, ébouriffé, rouge, suant, bref, dans un état indescriptible, se relève doucement. Il comprend. Il se rajuste, range son fourbi, se repeigne et se conduit comme un jeune homme de bonne famille bien élevé : Il raccompagne la jeune fille chez elle.

Six mois après donc, la jeune femme dit d'une toute petite voix à son chéri (entre temps il est devenu son chéri) : "Tu ne penses pas qu'il serait opportun que nous fissions enfin l'amour. Enfin, l'amour comme tout un chacun ". "Mais, ma chérie (elle aussi est devenue chérie), tu m'avais dit qu'il nous fallait nous mieux connaître ! ". "Il est vrai, mais je pense te connaître quelque peu maintenant, en tous les cas suffisamment pour que nous envisagions de faire l'amour comme tout le monde. "

Ce qui fut fait, et ce fut, suivant leurs dires, absolument réjouissant. Ils sont fous tous les deux, pouvez-vous vous autoriser à penser ! Attendre six mois ! Mais vous ne savez pas, encore, ce qu'ils firent de ces six mois.

En fait, ils se virent souvent, et se firent l'amour sous toutes les formes, dans toutes les positions, sous toutes les coutures ; ils jouirent ensemble, séparément, d'eux-mêmes ; ils se humaient, se touchaient, se regardaient, s'écoutaient, se goûtaient... le tout sans pénétration.

Ils connaissaient le moindre centimètre carré de peau de l'autre, décodaient le moindre de ses gémissements.

Anticipaient chaque geste, savaient donner et recevoir... Ils devinrent, vous n'en doutiez pas, de fantastiques amants.

Ce que l'on peut retenir de ce qui est dit dans cette histoire, c'est qu'il n'est pas nécessaire de pénétrer, de coïter, pour faire l'amour.

Faire l'amour commence au premier regard, au premier geste, à la première caresse, à la première pression, au premier soupir. Ils se sont sûrement fait plus l'amour que beaucoup d'autres couples qui, eux, se sont pénétrés tout de suite.

Sa bouche à elle a reçu des dizaines de fois la jouissance de son sexe à lui. Il a des dizaines de fois léché son sexe à elle, jusqu'à ce qu'elle défaille de plaisir. Il a léché ses seins, elle a léché les siens. Il lui a caressé les fesses des heures durant, elle a fait de même...

Arrêtons-là. Vous avez compris. N'oubliez pas une dernière chose. Ils ont joui comme des fous durant ces six mois. À chaque fois, avec les mains, la bouche, les pieds, la parole, le dos, le ventre, les seins...

Six mois, c'est beaucoup, mais quelques nuits sans pénétration, c'est vital pour mieux connaître l'autre. Presque obligatoire !

En tous les ces deux-là restent encore, pour moi, un de mes modèles en matière de sensualité

Le mot du psy 1) d'accord 2) pas d'accord

1) Plus on attend, plus c'est bon, dit-on. Un bémol cependant : l'idéal étant quand même d'être prêt(e) à ce moment… idéal. Ne pas trop faire attendre l'autre, le laisser se détendre en votre présence, et pourquoi pas en parler avant… Quand votre futur partenaire a confiance en vous, totalement. Là, c'est le moment.

2) Sachez que la femme peut se " donner " en trois heures, trois jours ou trois mois, c'est la même femme. Un homme se doit d'en faire autant. Se faire désirer, laisser le doute planer, ne pas laisser transparaître son désir. C'est dur, mais elles apprécient, toutes…

Article original sur grOOnk

Conditions générales Contact
Créé et hebergé par Capit