religion,amour,union
Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum
Forums > PhilosophieAller à la dernière page
<< Précédent |

La religion , l'amour et l'union

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
835521 Publié le 23/07/2006 à 21:02
En cherchant un truc sur le net, j’ai trouvé ça :

Bonjour, je suis juif croyant et mon amie est catholique croyante. Nous nous aimons et avons décidé de nous marié.
Bien évidemment, nous allons nous marié civilement. Cependant cet acte juridique d'union, si important soit il aux yeux du Droit Français et donc de la République, n'est pas suffisant à nos yeux. En effet nous souhaitons apporter une dimension spirituelle à notre union, chacun dans sa religion. En ce qui concerne mon amie, un mariage catholique est possible, l'échevé m'accordant une "dispense pour disparité de culte". Je dois juste être en accord avec les éléments essentiels du mariage chrétien (liberté, fidélité, indissolubilité et ouverture à la fécondité), parfaitement compatible avec mes convictions religieuses. Je dois également m'engager à respecter la foi de ma conjointe.
Je sais très bien qu'une telle union n'est pas (encore?) prévue par ma religion. Toutefois je ne peux concevoir qu'une religion abandonne totalement un de ses membres lors d'un moment aussi important pour lui.
Ma question est donc la suivante : Existe-t-il une bénédiction dans laquelle l'eternel nous accorderait sa protection et son éclairage dans notre future vie commune ? De plus, s'il échet, une telle bénédiction peut-elle être dispensé par un membre de ma famille.
En vous remerciant d'avance d'apporter votre attention à ma question.
shalom
Rav Elie Kahn Chalom,

Ce n'est pas votre religion qui vous abandonne.
C'est vous qui l'abandonnez, abandonnez votre peuple et vous assimilez.
Vous apportez votre contribution à la destruction du peuple juif. Pas seulement parce que la Halakha ne considère pas vos enfants comme faisant encore partie du Peuple Juif, mais parce que le processus de déculturation et d'assimilation s'accélérera de par votre mariage.
Nous avons une bénédiction pour vous.
Nous vous bénissons pour que vous vous ressaisissiez avant qu'il ne soit trop tard, reveniez dans le giron de votre peuple et y éleviez vos futurs enfants.

Bravo pour la réponse, je croyais que les juifs étaient très ouverts, je me trompe alors
Trazi - 826035lui écrire blog Publié le 23/07/2006 à 21:23 supprimer cette contribution
Ne pas généraliser : C'est la réponse d'une personne pas d'un peuple.
Je pense qu'assimiler la parole d'un individu (même si c'est un chef d'ailleurs) à un groupe entier est la meilleur façon de creer la plus grande incompréhenssion entre les peuples.
D'ailleurs cette réponse "rester dans le giron d'un peuple" oublie que le peuple réel auquel il appartient biologiquement est la population humaine. Les autres distinctions ne sont que des phénoménes culturels éphémères.
822053 Publié le 23/07/2006 à 22:03 supprimer cette contribution
Citation:
Je pense qu'assimiler la parole d'un individu (même si c'est un chef d'ailleurs) à un groupe entier est la meilleur façon de creer la plus grande incompréhenssion entre les peuples.


idem en religion !
1598240 Publié le 23/07/2006 à 22:37 supprimer cette contribution
bonsoir kahina

ne pas rester focalisé sur ces deux peuples
ils en est de même avec les mariages mixtes entres chrétiens/musulmans, chrétiens/juifs
chaque religion regroupe son nombre de totalitaires, xénophobes.
Cette bataille ne cessera jamais, elle est presque (et c'est horrible a dire) devenue indéfectible, perpétuel


1371806 Publié le 23/07/2006 à 22:38 supprimer cette contribution
et l'amour dans tout çà???
luiu resterait t'il des barrières à franchir??
pouvons nous être heureux sans les autres???

toute façon je m'en fout alors!
1849844 Publié le 23/07/2006 à 23:16 supprimer cette contribution
il y a une emprise tres forte du clerical sur la legislation du mariage en israel.une loi dite "loi sur la juridiction destribunaux rabbiniques "(loi 5713-1953)stipule:

-article 1:"tout ce qui concerne le mariage ou le divorce de juifs en israel ,nationaux ou residents ,est exclusivement de la competence des tribunaux rabbiniques.

-article2:"les mariages et divorces des juifs s'effectueront en israel,en vertu de la loi etablie par la thora".

il n'existe donc pas pour les juifs de mariage civil en israel.un autre exemple de l'omnipotence des rabbins :un juif nommé cohen (c'est le cas de celui dont tu parles kahina ))n'a pas le droit d'epouser une femme divorcée(parce que les cohen descendants d'aron,frere de moise,exercerent au temple des fpnctions sacerdotales).il faut une procedure complexe et un arret de la cour supreme,pour contourner cet interdit rabbinique.
1856364 Publié le 24/07/2006 à 06:51 supprimer cette contribution
Bonjour, je suis juif croyant et mon amie est catholique croyante

moi qui crois en pas mal de trucun beu zarbe
je dirai que le principale est que vous croyez surtout l'un en l'autre si la religion vous pause dés le départ un pb je pense que c'est même pas la peine de se lancer
penser à tout les compromis qu'il y aura à faire , les préjuger à éliminer , les gens qui vont vous prendre la tête faudra être fort ! et pi si il y a des gamins , circoncis ou pas , avec la kippa ou le chapelet ? , normalement on né juif de sa mère il me semble ?
je dis qu'il faut faire ce qu'on veut et tempis pour le reste
835521 Publié le 24/07/2006 à 06:54 supprimer cette contribution
Ce qui me choque se sont les propos de ce Rabbin, je trouve ca limite.

Citation:
normalement on né juif de sa mère il me semble ?


En effet, mais dans l'esprit, il faut l'être aussi non? En tt cas je ne psense pas que ma fille le soit
1856364 Publié le 24/07/2006 à 07:10 supprimer cette contribution
En effet, mais dans l'esprit, il faut l'être aussi non? En tt cas je ne psense pas que ma fille le soit

du peu que je connaisse de le religieon hébraique , c'est qu'on ne peut que trés difficilement s'y reconvertir ( a part avec un cb gold ) c'est un cercle trés fermé et que à moins d' être de mère juive ( qu'on soit ohm ou femme ) c'est quasi impossible alors déjà que quand un séfarad épouse un azquénaz les azquénaz font la gueule alors une catho j'imagine pas !
1849844 Publié le 24/07/2006 à 12:03 supprimer cette contribution
qui est juif ?
la loi ,dans l'état d'israel ,est la suivante(instructions du 10 janvier 1960):
"sera inscrit comme juif aux rubriques "religion" et "ethnie" de l'état civil,celui qui:
_est né de mere juive et n'appartient pas a une autre religion.
uo bien

_celui qui s'est convert selon la HALAKHA."
le judaisme n'est pas une religion qui favorise le prosélytisme,si bien ,que les conversions sont de + en + rares.

reste le critere ethnique.exemple concret:

selon la loi actuelle de l'état d'israel,le roi salomon ne serait pas juif ,puisque sa mere était hittite,ni le roi saul ,opuisque sa mere etait cananeenne.ni meme le roi david ,car son arriere grand -mere,ruth,etait moabite.
s'il en descend par les femmes,il n'est pas juif,et,si c'est par les hommes ,leurs mariages ne seraient pas aujourdhui en israel ,légaux.
1831982 Publié le 24/07/2006 à 12:32 supprimer cette contribution
Citation:
Bonjour, je suis juif croyant et mon amie est catholique croyante ...


Une fois n'est pas coutume !


Citation:
Ce qui me choque se sont les propos de ce Rabbin, je trouve ca limite.


Et les propos de la Kahina ne sont-ils pas aussi choquant ?!!

Je parle des ancêtres de kahina , bien sûre !!

Que signifie kahina en arabe ?!!

Quel est son vrai nom ?!!

Qui l'ont surnommé kahina ?!! et pour quelle raison ?!!

Qu'en est-il de ces enfants ?!! pleurer

Qu'a-t-elle fait avec ( ou de ) ces enfants ?!! pleurer

Quelle union , quel amour , quelle religion pour l'ancêtre kahina !!

Etre honnête avec soi-même avant de juger les autres !!



1507456 Publié le 24/07/2006 à 14:25 supprimer cette contribution
N'est ce pas la "Reine des Aurès", symbole de la résistance berbère ?
1849844 Publié le 24/07/2006 à 14:37 supprimer cette contribution
"Que signifie kahina en arabe ?!!"

kahina signifie devineresse ,je crois .on a l'equivalent en hebreu le kahin ===>kahn===>cohen ...http://Que signifie kahina en arabe ?!!

" Histoire d’une grande reine Amazighe La Reine Dihya, dite Kahina ( ?- 704)

La Kahina, de son vrai nom Dihya ou Dahya, symbolise l’âme de la résistance amazighe face aux musulmans. Reine des Aurès, et probablement de religion chrétienne, elle montre un courage remarquable contre l’invasion musulmane, d’autant qu’elle est déjà âgée lors de la lutte. Elle parvient à rassembler les tribus imazighen. Lorsque qu’Hassan Ibn en Nu’man attaque le pays en 697 son armée est écrasée, et les musulmans chassés.

Après s’être débarrassé des Byzantins, qui occupent encore une partie de la région, Hassan Ibn en Nu’man livre une guerre systématique aux Imazighen, dévastant le Nord du pays. En 701, ayant obtenu des renforts du Calife Ibn Marwan, Hassan Ibn en Nu’man reprend tous les territoires perdus. Il finit par vaincre les Imazighen, lors de la dure bataille de Tabarqa, et capture Dihya, qu’il fait décapiter. Cependant, Hassan Ibn en Nu’man n’est pas cruel. Non seulement, il ne fait pas de prisonniers, mais il donne le commandement de ses armées aux deux fils de Dihya, qui se convertissent à l’Islam. Il ne commet pas d’exactions, et fait preuve de bienveillance à l’égard du peuple. Jamais sans doute un personnage historique n’a fait l’objet de tant d’interprétations. La reine Dihya est en effet plus qu’une reine au comportement exemplaire et héroïque. Elle est un symbole de résistance, et habite l’imaginaire des Imazighen.

Son nom n’est même pas bien établi : elle s’appelait peut-être Dahya, Damya ou Kahia.

Bien des interprétations la concernant ne sont pas sans arrière-pensées idéologiques. Pour les occidentaux, il s’agit d’une reine mythique, comme s’il fallait minimiser son combat. On la dit chrétienne dans le même but, comme si elle présageait de la domination coloniale, alors qu’elle fut au contraire l’exemple du refus de la soumission. Les historiens arabes la surnommèrent Kahina, ce qui veut dire la prophétesse mais aussi péjorativement la devineresse, la sorcière. Ils la déclarèrent de religion juive pour montrer qu’elle était une ennemie de la foi musulmane, ce qu’elle fut effectivement, mais certainement pas en termes religieux. Quant au juifs, ils l’admirèrent, faisant un parallèle avec Déborah, la princesse mythique qui réveille le peuple(1). Les Imazighen eux-mêmes ont sans doute exagéré le personnage, puisqu’on lui prête parfois l’âge, de toute évidence très exagéré, de 127 ans à sa mort !

Dans cette page nous avons voulu avant tout faire la part de la réalité historique si difficile soit-elle à connaître. Dihya est effectivement un exemple de courage hors du commun. Chef politique hors pair, c’était aussi une femme qui su protéger ses enfants.

On ne sait presque rien de son origine. Nous ignorons sa date de naissance. On ne sait pas précisément sa religion. Peut-être fut-elle chrétienne ou juive, mais elle a pu être également animiste(2). Ce qui est certain, c’est qu’elle originaire de la tribu Djawara ou Jeroua donc une tribu Zénata, dont le mode de vie était pastoral et semi-nomade. On ignore comme elle parvint à la royauté. Il semble que son pouvoir lui fut donné par un conseil de tribus, mais il très abusif d’évoquer un sénat amazigh, qui sans doute n’exista pas. Ce conseil reconnut sans doute son intelligence remarquable et la mit à la tête d’une confédération, regroupement de tribus qui était courant face à un péril grave. La légende dit aussi qu’elle était d’une beauté éblouissante. Il est fort probable qu’elle succéda à Kouceila dans la lutte contre les musulmans, et c’est à un âge avancé qu’elle est amenée à lutter contre ces derniers.

A cette époque, une guerre oppose les musulmans, dirigés par Hassan d’Ibn en Nu’man, les chrétiens byzantins, qui tentent de préserver leurs possessions dans cette région, et les Imazighen, habitants des lieux. Ces derniers sont d’abord divisés sur la conduite à tenir. La Reine Dihya parvient à les rassembler, par son pouvoir de conviction et sa grande intelligence pour lutter contre l’invasion musulmane. Le résultat ne se fait pas attendre, puisqu’en 697, sous son commandement, ils écrasent l’armée d’Ibn en Nu’man. Celui-ci doit livrer bataille près de l’Oued Nini, à 16 km d’Aïn al Bayda. Les troupes imazighen font tant de victimes que les Arabes appelèrent le lieu "Nahr Al Bala", ce qui se traduit par "la rivière des souffrances". On dit que la rivière était rouge du sang des combattants arabes. Après cette victoire les Imazighen poursuivent les musulmans, et leur imposent une seconde défaite. Le calife Malik rappelle ses troupes en Tripolitaine (l’actuel nord de la Libye).

Les musulmans décident alors de concentrer leur effort de guerre contre les chrétiens byzantins. En 695, les Byzantins reprennent Carthage aux musulmans. Ils y restent seulement trois ans, avant d’en être définitivement chassés en 698. La même année, Ibn en Nu’man fonde Tunis. En fait, les Byzantins sont obligés de lâcher prise, préoccupés par des tensions au nord de leur empire. La montée en puissance des royaumes chrétiens européens constituent en effet une menace pour eux encore plus grave que l’invasion musulmane.

Le royaume de Dihya reste alors le seul obstacle contre la progression des musulmans à l’ouest et Hassan Ibn en Nu’man reprend l’offensive contre les Imazighen. Conscient de la forte résistance qu’il va rencontrer, il entreprend une conquête systématique du pays. Possédant Carthage et la nouvelle ville de Tunis, il dispose enfin de solides bases arrières. Dihya se trouve alors forcée d’appliquer une politique de terres brûlées. Devant eux, les musulmans ne trouvent qu’un pays détruit. Une partie de la population n’apprécie semble-t-il pas cette politique, encore que ceci ne soit pas historiquement prouvé. Ibn Al Nu’man en tire partie : il obtient des renforts du calife Abd al-Malik en 702. Son armée compte alors probablement plus de 50 000 combattants. Face à une telle force, Dihya n’avait d’autre choix que cette politique désespérée.

Après deux ans de guerre, la bataille finale a lieu en 704, à Tabarqa. Dihya envoie auparavant ses deux fils rejoindre le camp musulman, afin de préserver les intérêts de sa famille. Ceci signifie que, loin de se renier, elle se place au contraire comme un chef de guerre, qui privilégie son combat et se libère ainsi de toute attache familiale. Il est probable qu’elle savait son combat perdu mais loin de plier, elle accepte la mort avec un courage qui force l’admiration.

La bataille de Tabarqa est finalement gagnée par les musulmans, mais ce n’est pas victoire facile pour eux. Les Imazighen, bien que très inférieurs en nombre, opposent une farouche résistance. Finalement, la Reine Dihya est capturée et décapitée au lieu-dit Bïr El Kähina (Le puits de la Kahina). Sa tête est envoyée au calife Malik selon certains, jetée dans le puits selon d’autres(3).

Hassan Ibn en N’uman fait preuve d’un grand respect pour le peuple amazigh après sa victoire. Il ne fait pas de prisonniers et ne commet aucun pillage. Sa grande tolérance en fait d’ailleurs l’un des artisans de l’islamisation des Imazighen.

Les deux fils de Dihya (Ifran et Yezdia) avaient rejoint le camp musulman avant la bataille. Certains auteurs ont vu là une trahison de leur part. C’est à notre avis une erreur, puisqu’il est clairement établi qu’ils rejoignirent le camp adverse sur ordre de Dihya, et qu’ils ne participèrent pas à la bataille de Tabarqa. Ils ne se convertirent à l’Islam et n’obtinrent un commandement militaire qu’ensuite, lorsque Hassan Ibn en N’uman se décida à conquérir le Maroc.

Selon certains auteurs, Dihya avait également un fils adoptif du nom de Khaled, un jeune arabe fait prisonnier lors de la bataille de l’Oued Nini, qu’elle aurait adopté. Même si on ne peut totalement exclure cette adoption, cette thèse nous semble douteuse. On a en effet affirmé qu’elle partagea le lait de son sein entre Khaled et ses deux enfants légitimes, ce qui semble impossible pour une femme âgée. On ne sait d’ailleurs rien sur l’homme qui lui donna ses deux fils (il devait sans doute être de haut rang) mais si on tient compte du fait qu’ils obtinrent un commandement dans l’armée musulmane rapidement, il n’étaient certainement pas de jeunes enfants à la mort de la reine.

Longtemps encore, Dihya et ses fils susciteront des légendes. Ceci est sans doute dû autant à sa détermination de femme, insoumise jusqu’au sacrifice d’elle-même qu’à la protection qu’elle donna jusqu’au bout à ses fils, en mère exemplaire. Symbole des femmes imazighen, elle est aussi le symbole de toute une culture, à l’égal de Massinissa et de Jugurtha.

(1) La Bible, Livre des Juges V, Cantique à Déborah, l’un des plus beaux et des plus anciens cantiques de l’Ancien Testament. (2) Le grand historien Ibn Khaldoun émet l’hypothèse qu’elle était de religion juive, ou peut être chrétienne. Ceci est tout à fait possible, vu que l’on ne sait que très peu de chose sur la religion des imazighen à cette époque. Ibn Khaldoun a au moins évité toute interprétation partisane. (3) Cette deuxième version nous semble la plus crédible, l’usage des musulmans dans la guerre étant d’en finir vite avec leurs ennemis. L’envoi de sa tête au calife, qui fait penser à une sorte de tête de Méduse, donc maléfique, est probablement une invention de commentateurs. En revanche, en son souvenir, de nombreux puits seront ensuite nommé "puits de la Kahina" un peu partout en Afrique du Nord."

1831982 Publié le 24/07/2006 à 14:44 supprimer cette contribution
Citation:
kahina signifie devineresse ,je crois .on a l'equivalent en hebreu le kahin ===>kahn===>cohen ...


kahina mot d'origine arabe et pas hébreu !!

'madame soleil' de notre époque !!

sorcellerie et magie noire était son cheval de bataille !!

1849844 Publié le 24/07/2006 à 14:48 supprimer cette contribution
berk ,les historiens eux meme ne sont pas d'accord sur l'origine exacte ,l'existence meme de cette kahina ,alors nous que pouvons nous dire de plus ?
modestement ,rien ,je crois.
1103900 Publié le 24/07/2006 à 14:55 supprimer cette contribution
"En effet, mais dans l'esprit, il faut l'être aussi non? En tt cas je ne psense pas que ma fille le soit"
-->oui glad moi j'ai un peu de sang juif pas beaucoup mais bizarement je me sent plus "nomade"...toutes religions confondues!
Lorsque j'ai vécu chez mes amis au Maroc ils m'appelaient "chliha" je ne connaissais pas la signification..
mais depuis peu (un ami d'ici) m'a expliqué.."femme berbére"

Pfff lorsque je matte les fils actu;et les autres sur les différences de nationnalités ou religions....ça me
purée on peut etre au dessus de tout cela!
Non je constate ..encor une utopie..!
1849844 Publié le 24/07/2006 à 15:00 supprimer cette contribution
www.leschleuhs.com


pour magali.
1831982 Publié le 24/07/2006 à 15:44 supprimer cette contribution
Citation:
berk ,les historiens eux meme ne sont pas d'accord sur l'origine exacte ,l'existence meme de cette kahina ,alors nous que pouvons nous dire de plus ?


En lire les origines chez les étymologistes arabes !! 'el kamous elmouhit' ou 'lissan el arabe' ...etc .

Quant à l'histoire , des études faites à l'ordre du roi Hassan 2 ont prouvé que les berbères nord africains étaient d'origine yéménite .

L'accord entre historiens se base sur des études , et non sur des hypothèses sans preuves !

Son existance , la kahina , n'est pas aussi mythique que celle d'athéna nike déesse de la victoire dans mythologie grecque !!

Dès que l'on sache le sort que subissaient les sorcières , dans la culture chrétienne au moyen âge , nul ne peut prétendre que la kahina était chrétienne !!

Quant aux juifs , on estime qu'ils sont arrivé en afrique du nord avec les phéniciens , bien avant les byzantins !! d'où l'hypothèse de la confession juive de la kahina !!

La kahina parvint à associer plusieurs tribus indigènes, juives et chrétiennes dans son combat contre les musulmans .

À la veille du combat, la kahina aurait demandé à ses deux fils de se rallier aux musulmans selon Othmane Omaïr .

1849844 Publié le 24/07/2006 à 15:50 supprimer cette contribution
oui berk ,j'ai lu tout ca .
mais je chercherai les liens ou l'existence meme de la kahina est remise en question .mais ,tu me diras que l'étude historique elle meme est loin d'etre objective .chacun s'approprie une vision personnelle de l'histoire dans la mesure de ses interets propres ou de l'interet de l'ideologie qu'il vehicule .
1831982 Publié le 24/07/2006 à 16:16 supprimer cette contribution
Citation:
chacun s'approprie une vision personnelle de l'histoire dans la mesure de ses interets propres ou de l'interet de l'ideologie qu'il vehicule .


Ce n'est 'malheureusement' pas le cas de tous les historiens !!

Les intérêts , les idéologies ... constituent la genèse de l'histoire , des faits historiques !

L'appropriation des 'visions' n'est qu'illusion ; les visions ne sont qu'allucinations !

La vérité se trouve ailleur ! là où nul ne peut prétendre l'appropriation !

747518 Publié le 24/07/2006 à 20:16 supprimer cette contribution
Je suis athée et je n'ai jamais eu de problème avec mes amis.
Bisarrement je n'ai rencontré que des athées.
qui s'assemblent se ressemblent
ou alors c'est une dispute continuelle.
et les croyants c'est un peu des .....naifs
1856364 Publié le 24/07/2006 à 20:19 supprimer cette contribution
Citation:
qui s'assemblent se ressemblent


et les opposés s'attirent , je suis pour la mixité non pour l' apartheid

@+ H
822053 Publié le 25/07/2006 à 21:05 supprimer cette contribution
Citation:
et les croyants c'est un peu des .....naifs


on est tous un peu naifs athées ou pas
1856364 Publié le 26/07/2006 à 00:33 supprimer cette contribution
sont vraiement naif ces croyants de penser que les croyants sont aussi naifs qu'eux !
Trazi - 826035lui écrire blog Publié le 26/07/2006 à 01:00 supprimer cette contribution
Est-il vraiment possible de discuter entre croyants et athées ? Ils n'utilisent pas les mêmes sens pour les mêmes mots.
"Avoir la foi" pour l'un signifie "sa conviction", pour l'autre "être dans l'illusion".
Pour l'un "Témoigner" signifie transmettre cette foi en disant "c'est LA vérité"
L'autre "témoigne" de ce qu'il pense en disant c'est MA vérité'.
Et ainsi de suite tous les mots changent de sens...

Pour tant je discute très souvent avec des croyant car c'est leurs différences vis à vis de moi (et entre eux aussi d'ailleurs) qui me permet de mieux réfléchir, de mieux les comprendre, et surtout de mieux me comprendre.

Malgré tout, je garde pour le moment ma définition du mot Dieu" La réponse de celui qui ne veut pas se poser de questions".

Car comme système 'pilote' pour les actions et 'rassurant' pour l'esprit la religion est une bonne voie (de garage).

Personnellement je préfère le doute malgré tout ce qu'il peut entraîner comme freins aux prises de décision et à l’action.


Malgrè tout je garde pour le moment ma définition du mot Dieu "La réponse de celui qui ne veu pas se poser de questions".

Car comme système 'activant' pour les décisions 'rassurant' pour l'esprit la religion est une bonne voie (de garage). Moi j epréfère le doute malgré tout ce qu'il peut entrainer comme freins
1831982 Publié le 26/07/2006 à 15:44 supprimer cette contribution
Citation:
on est tous un peu naifs athées ou pas


Certe , mais celle des êtres nés xénophobes naïfs , au sens péjoratif du terme , est une naïveté haineuse , peureuse , malicieuse et surtout contagieuse ! pleurer

Or celle des êtres nés naïfs , au sens propre du terme , est gracieuse , audacieuse ,
pieuse et surtout généreuse !

Avant d'acquérir son caractère péjoratif, la naïveté tenait toujours de son étymologie (nativus, naturel, neuf) son naturel, sa spontanéité, sa sincérité. Ce n'est que par la suite que le mot a connoté l'ignorance, l'inexpérience, l'irréflexion.

Dès que l'on sache que les néophytes xénophobes ne peuvent faire la différence entre corps et esprit , concret et abstrait ou encore plus entre naïf et naïveté , l'on constate , dans ce sens , qu'ils sont aussi naïfs que ceux qu'ils traitent de naïfs !

1507456 Publié le 26/07/2006 à 16:40 supprimer cette contribution
"Je suis athée et je n'ai jamais eu de problème avec mes amis.
Bisarrement je n'ai rencontré que des athées.
qui s'assemblent se ressemblent
ou alors c'est une dispute continuelle."

C'est sûr . Tiens, bizarre, un xénophobe pourrait direla même chose, en remplaçant "athée" par une origine géographique !

"Avant d'acquérir son caractère péjoratif, la naïveté tenait toujours de son étymologie (nativus, naturel, neuf) son naturel, sa spontanéité, sa sincérité. Ce n'est que par la suite que le mot a connoté l'ignorance, l'inexpérience, l'irréflexion."

Un peu comme l'expression "simple d'esprit"
1831982 Publié le 26/07/2006 à 16:54 supprimer cette contribution
Citation:
Malgrè tout je garde pour le moment ma définition du mot Dieu "La réponse de celui qui ne veu pas se poser de questions".


nec plus ultra

L'on devra surnommer nos deux chers pôles en crédulite et antar-crédulite pour alimenter la seule et unique source d'eau des élèves de la tribu du second Trasibulus

C'est l'une des boissons de la vie , sans repères , dont tout être naïf rêve d'en boire quelques petites gorgées riches en crédulité et d'en déguster le goût âcre du xénophobium ! pleurer

Petites gorgées , car les grandes gorgées conduisent ces élèves à un état d'ivresse de crédulité , un état de confusion entre ne plus se poser de questions et ne plus recevoir de réponses !!

Quelle confusion !! plutôt illusion !!
1507456 Publié le 26/07/2006 à 17:06 supprimer cette contribution
"La réponse de celui qui ne veut pas se poser de questions"."
Pour avoir une réponse, il faut bien s'être posé au moins une question.

"Personnellement je préfère le doute"

Les croyants doutent aussi, je pense...
La foi est plus proche de la confiance que de la certitude.

1856364 Publié le 26/07/2006 à 23:55 supprimer cette contribution
Citation:
La foi est plus proche de la confiance que de la certitude.


je dirai que la foi c'est une certitude pour un croyant et la preuve d'un manque de confiance pour un athée
Trazi - 826035lui écrire blog Publié le 27/07/2006 à 00:53 supprimer cette contribution
Je pense que (c'est carciaturé):

Les croyant agissent en fonction de règles de valeur d'une entitée externe à eux même, pour cela ils ont beoin de livres ou de maitres à penser. Ils se retrouvent dépendant d'éléments extérieurs tous issus de l'activité humaine (même s'ils affirment qu'un Dieu les as transmis cela reste une traduction transcrite par un être humain). Il peut accepter une vie minable pour une promesse d'un paradis vituel, sa souffrance en est même la clé d'entrée. Il n'a pas vraiment besoin d'améliorer son environnement terestre.

L'athée agit en fonction de règles de valeurs qu'il s'est donné lui même. Les livres ou rencontres ne sont pas des maitres à penser mais des apports d'informations. Sa morale est construite pas admise. Il veut se créer une vie correcte, car il sait qu'il n'en a qu'une, il a besoin d'améliorer son environnement.

Je me trompe ? ...

Page 1 | 2

Forums > Philosophie Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | La religion , l'amour et l'union| Suivant >>
Conditions générales Contact