religions,maladies,mentales
Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum
Forums > PhilosophieAller à la dernière page
<< Précédent |

Les religions, maladies mentales ?

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
Paganel, aristautarcique - 980920lui écrire blog Publié le 06/02/2006 à 20:24 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Tant que se réclamer d'une religion, pour un bonhomme ou une bonne femme, se limite à s'inventer des croyances histoire de ne pas se sentir tout seul, je n'ai rien contre. Après tout, chacun ses marottes et ses lubies, et ce n'est assurément pas plus idiot en soit, pour éviter l'angoisse, que de collectionner les étiquettes de camembert.

Mais quand parce que ces mêmes bonhommes et bonnes femmes confondent le produit de leur imagination avec la réalité, et veulent au nom de leurs fantasmes à ce sujet empêcher imposer à des gens qui ne leur ont rien demandé (et à qui ils n'apportent rien non plus) d'en tenir compte, alors je dis merde ! On a déjà donné pendant suffisamment de siècles pour ces conneries !
Citation:
Article 10 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.
Retenez
Ces mots-là
Que le temps n'effacera pas.
Trazi - 826035lui écrire blog Publié le 06/02/2006 à 20:55 supprimer cette contribution
Un article lu dans "le temps" à genève qui me plait :

Citation:
Caricatures de Mahomet : l'Islam en Europe doit apprendre la liberté d'expression

Par Franck Biancheri, sa biographie
Cet article a été rédigé par un reporter d'AgoraVox, le journal média citoyen qui vous donne la parole.
La polémique autour des caricatures de Mahomet parues dans la presse danoise, puis européenne, illustre le fait qu'en Europe, l'Islam devra apprendre à être une religion comme une autre, limitée essentiellement à la vie privée, et soumise au respect des lois et des principes démocratiques, dont celui de la liberté d'expression.
Caricatures de Mahomet : l'Islam en Europe doit apprendre la liberté d'expression
Il est significatif que la parution d'une série de caricatures de Mahomet dans un journal d'un petit pays de l'Union européenne provoque une tempête de protestations d'un bout à l'autre du monde musulman. Il existe en effet des forces dans le monde musulman qui n'ont pas encore accepté un fait essentiel qui conditionne le développement de cette religion sur notre continent : l'Islam en Europe devra apprendre à être une religion comme une autre, limitée essentiellement à la vie privée et soumise au respect des lois et des principes démocratiques, dont celui de la liberté d'expression. Tout Européen a le droit de caricaturer Mahomet comme il a le droit de le faire de Jésus, Moïse ou Bouddha, ou encore du Pape, de la reine d'Angleterre, du président de la République française, ou bien des homosexuels, des handicapés, des amis des animaux, des écologistes, des communistes, des blondes, des Belges, des Français, des Allemands, des Américains, des Russes, des Africains, des Arabes, des Juifs, des Auvergnats, des Ecossais... ou bien de son propre voisin. S'il existe un préjudice, c'est à la justice d'en décider, et non pas à telle ou telle autorité religieuse ou quelque groupuscule activiste.
Les Européens n'ont pas mis des siècles, souvent très meurtriers, pour parvenir à un équilibre stable, satisfaisant pour l'immense majorité de leurs concitoyens, et accepter soudain de le voir remis en cause par des intégristes religieux qui voudraient voir leur loi, celle qui consiste à interdire la représentation de Mahomet, s'imposer à tous ceux qui ne croient pas en leur religion. En Europe, ce ne sont pas les religions qui font la loi, ce sont les peuples, à travers des votes majoritaires, et en fonction de principes démocratiques acceptés par la quasi-totalité des populations du continent. En l'occurrence, s'il est évident qu'il n'y a aucune légitimité à provoquer tel ou tel groupe sur ses convictions profondes (religieuses, philosophiques, sexuelles, ou autres), du moment qu'il n'y a pas infraction à la loi, en Europe, la caricature est libre de se choisir les cibles qu'elle veut.
Par ailleurs, les zélotes de la non-représentation du prophète de l'Islam sont souvent les mêmes qui invoquent son nom à tort et à travers, collant sa « légitimité » sur le moindre attentat qu'ils perpètrent, sur la moindre revendication qu'ils émettent. En l'occurrence, dans ces occasions, ils semblent bien moins sourcilleux d'orthodoxie religieuse, et les croyants semblent infiniment moins prêts à s'insurger contre d'éventuels détournements de l'esprit et du texte de leur religion. Alors, ne nous laissons pas non plus manipuler par le soi-disant « impact » de ces dessins sur la majorité des musulmans, surtout quand il s'agit de ceux qui vivent en Europe. Leur immense majorité est silencieuse, car elle doit vraiment se demander à quoi tout cela rime. Rappelons-nous comment, lors de l'interdiction du foulard islamique à l'école, en France, les mêmes forces qui hurlent au sacrilège aujourd'hui avaient annoncé de vastes mouvements de rébellion. Le résultat fut éloquent : moins d'une centaine de problèmes individuels dans toute la France, réglés sans difficultés en quelques semaines.
Donc, laissons de côté les professionnels de la prétendue irréductibilité de l'Islam à la modernité ou à l'environnement laïque européen, et regardons la réalité des prochaines décennies en face, à savoir : comment intégrer l'Islam dans le tissu religieux européen ?
J'ai eu l'occasion, à la mi-décembre 2005, de participer à un long débat avec 25 spécialistes et connaisseurs de l'Islam, à Jérusalem, sur le thème : « Europe, France et Islam ». Lors de ces échanges, très riches, j'ai dû rappeler les rapports de force existants entre l'Europe et l'Islam, notamment quant à la supposée impossibilité d'adaptation de cette religion.
Avec ses 500 millions d'habitants concentrés sur un « petit bout de terre », l'UE peut peser lourdement sur l'évolution d'une religion qui ne compte que trois fois plus de croyants disséminés sur plusieurs continents ; d'autant qu'au sein de l'UE, l'Islam est une religion certes en croissance, mais très minoritaire (environ 20 millions de croyants). Et en effet, les Européens vont massivement faire pression sur les musulmans pour que ceux-ci comprennent qu'en Europe, l'Islam doit se comporter comme les autres religions, et rester strictement limité à la sphère privée, tout en se soumettant aux lois et principes démocratiques. C'est donc un grand défi commun qui attend l'ensemble des Européens et leurs concitoyens musulmans : comment parvenir par l'éducation, l'intégration, le débat (et nécessairement, parfois, la polémique aussi) à adapter la religion musulmane au contexte laïque européen ? C'est un chemin difficile, qui verra des intégristes de tous bords essayer de le faire déraper. Car du côté chrétien ou juif, il existe aussi des tendances qui voudraient bien que les religions redeviennent les sources de la loi comme elles l'étaient en Europe jusqu'à la Renaissance, et qui voient dans les incidents avec l'Islam l'occasion de pousser en avant leurs propres ambitions.
Et c'est aussi pour cela que nous devons être vigilants. Comme je le rappelai à mes interlocuteurs à Jérusalem, personne ne doit oublier que l'Europe, que les Européens possèdent une « face obscure » qui est capable de générer soudainement le pire : expulsions, pogroms, massacres, camps de la mort... La liste est longue. Or, j'estime que la montée en puissance ininterrompue des forces extrémistes et xénophobes sur notre continent depuis une vingtaine d'années marque le retour de cette « Europe sombre », muselée après 1945. C'est d'ailleurs l'un des objectifs de Newropeans que de s'opposer avec succès à ces forces d'exclusion, en incarnant une nouvelle option politique, démocratique, ouverte, construite à l'échelle de notre continent ; à l'échelle où ces forces agissent aussi. Cependant, il ne faut pas tenter le « diable »[1] et le laisser nourrir ces forces extrémistes en offrant un champ libre aux attitudes et discours qui trouvent anormal qu'un journal publie une caricature de Mahomet, et comprennent que certains ignorent la justice pour décider s'il y a préjudice ou pas. Les intégristes musulmans et les adeptes du « politiquement correct » multiculturaliste sont les meilleurs amis de ceux qui rêvent d'un retour à une Europe intolérante. Les musulmans européens en seraient les premières victimes. Car dans un tel cas, le destin européen se modèlerait à nouveau sur des schémas anciens, et conduirait les Européens à une nouvelle folie sanguinaire d'expulsions massives ou de pogroms anti-musulmans. Évidemment, à Jérusalem, ces phrases résonnent plus fortement qu'en Europe, puisque musulmans ou juifs, des croisades à l'Holocauste, connaissent cette barbarie européenne latente.
Mais elles doivent aussi résonner fortement en Europe afin que nous puissions maintenir ce délicat équilibre qui permet aux Européens de toutes religions, et sans religion, de coexister pacifiquement au sein d'une société commune. Pour réussir, par l'intégration, l'éducation, le débat, il est essentiel de ne pas céder à la facilité du relativisme culturel, à la fiction qu'il y aurait des spécificités auto-proclamées légitimes, au terrorisme intellectuel du « politiquement correct ». Rappelons-nous que nous sommes un continent dont la liberté s'est construite sur la capacité de ses citoyens à conquérir le droit de se moquer des puissants, et en particulier de leurs rois ou de leurs dieux.
Un vrai puissant ne craint pas la caricature. Il s'en amuse.
Ce qui est vrai pour les hommes doit aussi l'être pour les prophètes, qui ne sont que des hommes. Voici une vérité européenne toute simple, que l'Islam en Europe doit méditer, et dont nous devons débattre avec tous ceux qui le souhaitent. Et ils sont la majorité !



1371806 Publié le 06/02/2006 à 22:38 supprimer cette contribution
il est beau ce texte,mais il s'adresse qu'à des gens inteligents,non??
747518 Publié le 07/02/2006 à 13:05 supprimer cette contribution
maladies contagieuses et héréditaires
687571 Publié le 07/02/2006 à 22:22 supprimer cette contribution
Petite critique au texte que tu cites, Trazi : Ce sont moins les musulmans d'Europe qui s'insurgent contre ces critiques que les musulmans non-Européens, du Moyen-Orient en l'occurrence, où justement ils sont majoritaires. Le problème est toujours le même : l'infame occident judéo-croisé qui s'oppose à la vraie lumière, celle de l'islam, et qui opprime et humilie les bons musulmans, dont la révolte est juste car guidée par le prophète, etc etc.
644221 Publié le 08/02/2006 à 00:36 supprimer cette contribution
Je trouve aussi ceci sur le Net :
Citation:
Die Welt en Allemagne [...] écrit : «On prendrait les protestations musulmanes plus au sérieux si elles étaient moins hypocrites. Quand la télévision syrienne a diffusé en prime-time des drames documentaires montrant des rabbins en cannibales, les imams se sont tus.»
Comme quoi la France a choisi la bonne voie en décidant d'éradiquer une bonne fois le communautarisme. Il y a assez de raison pour se castagner sur des sujets sérieux sans qu'on aille en créer artificiellement autour d'enfantillages.
1525032 Publié le 08/02/2006 à 10:24 supprimer cette contribution
Qui aurait pensé qu’on arriverait un jour à fédérer, d’une part, la conférence des ministres arabes de l’Intérieur, gestionnaires de l’industrie de la torture - de leur propre initiative ou sous mandat -, et, d’autre part, les masses des citoyens arabes victimes des régimes policiers ? Eh bien c’est fait ! Grâce au recueil des douze caricatures satiriques, « Les visages de Mahomet », paru le 30 septembre 2005 au quotidien danois Jyllands-Posten et reproduit depuis dans d’autres medias comme le journal norvégien Magazinet, le tabloïd français France Soir et les quotidiens Die Welt en Allemagne, La Stampa en Italie et El Periodico en Espagne. Alors qu’à l’issue de leur réunion du 31 janvier à Tunis, les Premiers policiers arabes ont demandé au gouvernement danois de « sanctionner fermement » les auteurs des caricatures jugées blasphématoire contre le prophète, les manifestations se multiplient dans les capitales arabes et musulmanes brûlant drapeaux danois et photos du Premier ministre Anders Fogh Rasmussen.

La campagne de boycottage des produits danois s’élargit et se renforce dans le monde musulman. Elle est suivie scrupuleusement aussi bien par le religieux qui renonce à son lait Arla que par le profane qui abandonne sa bière Carlsberg. Nestlé, qui s’est trouvé mêlé à cette affaire, a dû publier un encart publicitaire en première page du quotidien Asharq al-Awsat, concernant le lait en poudre Nido, précisant que « ce n’est ni produit au Danemark, ni importé du Danemark. »

Quel est donc ce pouvoir fédérateur qui a pu unir dans le monde musulman haut responsable et simple citoyen, Shiite, Salafi et Frère musulman, Turc, Persan et Arabe, Organisation intergouvernementale et ONG ?

C’est que l’on a touché à la personne du prophète, qu’un musulman est censé chérir plus que sa propre personne. On a touché à ce symbole non pas parce que sa représentation soit illicite - cette interdiction ne peut être applicable aux non musulmans - mais à cause du contenu des caricatures qui ramasse en quelques croquis, comme celui du prophète coiffé d’un turban en forme de bombe, l’ensemble des clichés véhiculés à l’encontre de la religion islamique : terrorisme, misogynie, obscurantisme, fanatisme, etc., en Occident et notamment « dans un royaume [du Danemark] où la religion musulmane est qualifiée de ‘religion terroriste’ ou ‘religion du Moyen Age’ par certains hommes politiques au Parlement », comme le soulignait La Libre Belgique du 31 janvier dernier.

Les autorités danoises ont refusé d’entrer en matière dans cette affaire en évoquant la sacro-sainte liberté d’expression. Les millions d’Arabes et de musulmans, en déficit chronique de liberté, ne peuvent être insensibles à cet argument. Seulement ils constatent que ce principe, brandi à chaque fois que l’on publie des propos ou représentations qu’ils jugent blasphématoires envers leur religion, est occulté en d’autres occasions. Les Algériens, par exemple, se souviennent comment en 1995 au même moment où les plus hautes autorités de l’Etat français recevaient en grandes pompes Salman Rushdie l’honorant pour ses « Versets sataniques », le ministre de l’Intérieur français de l’époque interdisait un recueil de témoignages de tortures pratiquées par le régime militaire algérien, sous prétexte qu’ « en raison de l’appel à la haine qu’il contient, sa diffusion est susceptible d’avoir des incidences sur l’ordre public. »

Par ailleurs, les citoyens du monde musulman observent à quel point la loi et les médias occidentaux sont sévères à l’encontre de la judéophobie, notamment lorsqu’il s’agit de négationnisme ou même de révisionnisme, et à quel point ils sont laxistes à l’encontre de l’islamophobie. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a jugé que la presse européenne « observe deux poids et deux mesures » car elle « craint d’être accusée d’antisémitisme, mais invoque la liberté d’expression lorsqu’elle caricature l’islam ».

A une époque caractérisée par l’exacerbation des tensions entre communautés, où des millions de musulmans se sentent humiliés à la vue des images d’Abu Ghraib et de Guantanamo, une publication comme « Les visages de Mahomet » vient accroître la violence symbolique ressentie dans le monde musulman et risquerait de jeter des pans entiers des sociétés musulmanes dans la violence anti-occidentale.

On se demande s’il est opportun de publier ce genre de produit pour le simple but de « tester l’autocensure et la limite de la liberté d’expression », comme l’ont avancé certains pour justifier la publication de Jyllands-Posten, au risque de susciter encore plus de haine et d’inciter à encore plus de violence dans un monde que d’aucuns, de tous bords, voudraient plonger dans l’Apocalypse. Il est peut-être temps de réfléchir sérieusement sur le principe de liberté d’expression, son caractère absolu ou relatif, son application universelle ou sélective, éventuellement sur ses limites, et surtout de s’interroger sur le rôle et la responsabilité du journalisme dans promotion de la paix dans le monde.

Trazi - 826035lui écrire blog Publié le 09/02/2006 à 02:25 supprimer cette contribution
Il y a autant de caricatures de Jésus que de Mahomet. Charlie Hebdo avait en son temps publié "la face cachée de Jésus" Goscigny avait dessiné une fête réunissant tous les Dieux où Jésus était représenté en petit puceau. Cela n'a pas entrainé de mise à sac d'ambassades.

Les blagues sur les juifs sont très nombreuses et la pluspart sont racontées par les juifs eux-mêmes, même des blagues sur la déportation courrent les rues...

Il faut être d'une susceptibilité maladive pour ne pas accepter d'être brocardé. Même les rois avaient à coté d'eux un "fou du roi" qui avait justement le devoir se moquer du monarque. Car c'est l'existence même de la libre critique qui permet au sage de progresser.

Celui qui se moque de moi, soit me connait ou me comprend mal et dans ce cas je sais que je n'ai pas été clair dans mon message, soit il me connait bien, alors sa moquerie me revèlle mes imperfections ou me straits de caractères que je me dois d'accepter ou de corriger.

Je pense même que la caricature qui me touche le plus provient de celui que j'estime le plus. Mais c'est celle qui m'est le plus utile au lieu de m'en facher je l'en remercie.
1371806 Publié le 09/02/2006 à 21:26 supprimer cette contribution
les derniers martyrs de la planète seront sans nuls doute toujours les mêmes,ceux qui pour un oui et pour un non crient au scandale,sous couvert de véracité monolhytyque......(voir midnight express et le monolhite)


on pourrait sans doute se demandé ce qui est vraiment dangereux!!
se taire à jamais pour ne point choquer ,au risque de nous refermer sur ceux qui de doute façon ont une case là ou nous on en à pas...
ou bien nous forcer à nous atiré les foudres de l'enfer...
hub - 13893lui écrire blog Publié le 09/02/2006 à 23:45 supprimer cette contribution
Citation:
Article 10 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.


cette loi devrait être appliqué .
Paganel, aristautarcique - 980920lui écrire blog Publié le 10/02/2006 à 13:53 supprimer cette contribution
Citation:
Charlie Hebdo avait en son temps publié "la face cachée de Jésus"
Je crois que c'était Hara-Kiri, et en couverture "La face cachée du Christ". Bizarrement, le seul organe de presse qui ait protesté en Europe a été un journal d'URSS.

On pouvait préférer un autre numéro d'HK sorti un mois d'octobre avec en couverture également : "Le petit Jésus né avant terme ! On espère le sortir de couveuse pour le 25 décembre"

Mais nous ne pouvons comparer le spirituel peuple de France aux hordes mentalement lobotomisées qui sévissent ailleurs. Chez nous, depuis longtemps, même les catholiques pratiquants ne dédaignent pas de "bouffer du curé" à l'occasion, et le clergé lui-même est le premier à dire qu'un saint triste est un triste saint.
1304046 Publié le 11/02/2006 à 13:15 supprimer cette contribution
Concerne les caricatures..
Je pense que les islamistes tentent comme les catholiques d'il ya plusieurs decennies d'imoposer des choses qui n ont pas lieu d etre. Et comme dit Trazibule, il faudra qu'il s adapte a notre monde et pas regressre comme ils le font. de plus confondre mahomaet avec Dieu.. pfff
Qui peut dire comment est Dieu? Ce qu'il decide? ce sont les hommes qui decident pour lui et pour nous!! Ou est le probleme quand des ggens caricatures des etres comme ceux la? le soucis avec ces fous, car ils sont fous, c est qu'ils iraient jusqu a tuer pour cela..
Je voudrais juste demander une chose ou deux.. Est-ce que Mahomet, Jesus, etc ont decides de faire la guerre pour des croyances. Leurs paroles, au moins pour Boudha et Jesus ont ete identiques.. Aimez -vous.. est si difficile d accepter qu un autre pense differement que nous?? Faut evoluer les gars..
502098 Publié le 13/02/2006 à 04:58 supprimer cette contribution
Oui à la question si on compte parmi les religions : la "démocratie imposée", la globalisation, l'ultralibéralisme (en voilà une religion qui fait des dégats, avec ses élus, ses prophètes, son dieu), la raison d'Etat, la "Civilisation" etc ...
1319706 Publié le 16/02/2006 à 01:28 supprimer cette contribution
Je pense qu'on peut dire que, depuis déjà quelques années,l'Islam pousse son chant du cygne...
Les derniers soubressauts de l'animal blessé à mort sont toujours les plus dangereux, c'est là que sa sensibilité est la plus grande...
Donc, si le dieu des chrétins est déjà mort depuis longtemps, du moins en France et en europe de l'ouest, si celui des barbus est moribond, et si celui des papillotes ne se reserve qu'à son seul peuple élu, où se trouve le vrai danger, les vrais enjeux de tout ce théatre comi-tragique qu'on nous joue aujourd'hui autour de quelques dessins???

Peut être que des éléments de réponses se trouvent, en effet, dans l'expansion rapide et cruelle de notre nouvelle religion économique globale qui se répand à travers la planète comme une épidémie de choléra.
Peut être que l'arrogance des bien nourris de l"hémispère nord excite la rage de ceux qui sont exclus de la grande fête du supermarché occidental...

Diogène dans son tonneau
1655391 Publié le 16/02/2006 à 04:34 supprimer cette contribution
Interdire purement et simplement toute religion en France, pour commencer, et tous ceux qui la ramènent, auront l'obligation de travailler au moins six mois chez macDonald ou TF1, au choix. Il faut savoir être dur!
1605335 Publié le 16/02/2006 à 08:51 supprimer cette contribution
Citation:
si le dieu des chrétins est déjà mort


de qui parlez vous ?
de Jésus ? Il est le messie, le fils de Dieu, mais il n'est pas Dieu ...
747518 Publié le 18/02/2006 à 18:43 supprimer cette contribution
null
Citation:
de Jésus ? Il est le messie, le fils de Dieu, mais il n'est pas Dieu


et que fais-tu de la sainte trinité
dieu le père
dieu le fils
dieu le saint esprit





j'ai pas mis judas

Et si on parlait du saint esprit
1635063 Publié le 18/02/2006 à 22:52 supprimer cette contribution
je crois que la perception musulmane à un retard historique et culturel de 622 ans;en effet doit-on attendre encore 406 ans pour annoncer les droits de l'homme tel perçus par l'europe depuis 1789?
687571 Publié le 20/02/2006 à 21:37 supprimer cette contribution
Vu l'avancée des évangélistes aux Etats-Unis (un quart de la population tout de même), en Amérique Latine, et dans de nombreuses parties du monde dit "chrétien", je me permet de douter que la religion de Jésus soit vraiment morte.
Le point commun avec l'islam intégriste tel qu'il se répand au Moyen-Orient, c'est (entre autre) ce besoin de voir le monde de façon binaire, manichéenne, avec d'un côté "nous" les gentils, et de l'autre "le reste du monde", les méchants.
L'extrême orient (mis à part l'Indonésie) est épargné, heureusement (ils ont leurs propres démons desquels triompher, certes) et si je reconnais une bonne chose qu'ont fait les japonais, c'est bien d'avoir tout fait pour foutre les chrétiens dehors. Ca fait au moins un problème d'éliminé.
Page 1

Forums > Philosophie Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Les religions, maladies mentales ?| Suivant >>
Conditions générales Contact