reve

Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum
Vos déclarations Déclarations Auteurs Concours
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

REVE.

Impression :

(Détail)
J'entends encore ses pas feutrés lorsqu’elle quitte l’ordi après avoir « parlé » avec sa famille lointaine,
Et vient me rejoindre dans le lit,
Elle commence à se frotter contre moi, elle a les pieds glacés mais je n’en ai cure, je la réchaufferai,
Je ne dors pas, elle me regarde avec ses beaux yeux noirs qui veulent me dire : merci.

Merci de quoi ?
Merci à toi, de partager ce peut de temps qu’il me reste,
Merci de me donner cet amour auquel je ne croyais plus,
Merci simplement d’être là.

Il me tardait parfois de finir mon boulot pour pouvoir serrer ce petit bout de femme contre moi,
Et voir dans ses yeux tout cet amour qu'elle me donnait sans compter,
C'était comme une récompense, que je ne méritais pas,
Car sa présence à elle seule remplissait mon cœur de bonheur.

Ce soir, après dîner, devant le feu ouvert, alors que les flammes léchaient les bûches,
Elle est venue poser sa tête sur mes genoux, comme pour me demander des câlins,
Je lui ai caressé les cheveux, j’avais du mal à m’arrêter là, mais plus à ce moment aurait été de trop,
Il n’y avait rien à dire, le silence et le crépitement du feu remplaçait largement nos paroles.

Je pense que nous étions heureux.

Après une dernière rupture douloureuse, au bout de neuf ans,
J’avais choisi de rester seul, avec pour toute compagnie mon chien,
Mes amis du petit village que j’habite et nos deux bistros,
Pour toute distraction ; moi qui aimait les spectacles et les sorties.

Certes, je voyage souvent pour compenser un peu,
Mais les aventures et les amours de passages en ces occasions,
Ne remplace pas une présence souhaitée et aimante,
Dans un foyer où manque une présence féminine.

Je me réveille et m’étire, je suis bien;
Je regarde, je suis seul dans ma chambre, seul et abandonné,
Elle n’est pas là, elle ne sera jamais là,
Et seules mes larmes maintenant me tiendront compagnies.

J’ai tellement de mal à me retrouver abandonné de toi,
Que je lève le poing vers le ciel et maudit ce Dieu qui ne m’a pas donné ce bonheur de t’avoir ici,
Je maudis ce fonctionnaire tatillon qui t’a refusé le visa,
Je me maudis aussi, je ne sais pourquoi, mais je dois y être pour quelque chose.

J'ai mal de me retrouver sans de toi maintenant, parce que le destin en a décidé autrement.
Les souvenirs me restent comme une bouée de sauvetage,
Une bouée que je trouve douloureuse, et qui ne me sauvera pas,
Une bouée que j’ai envie de lâcher, s’il ne restait un minime espoir.

Quelques photos de toi.
Et moi.
Qui ne suis déjà plus là.












Enregistré le 3 Décembre 2008 à 05:18
par BODY - 2401257lui écrire blog
(tous ses textes)

Oeuvre Originale

Auteur :
BODY
Conditions générales Contact
Créé et hebergé par Capit


J'entends encore ses pas feutrés lorsqu’elle quitte l’ordi après avoir « parlé » avec sa famille lointaine, Et vient me rejoindre dans le lit, Elle commence à se frotter contre moi, elle a les pieds
reve