avocat, droit, transfusion sanguine, contamination, SIDA, hépatite C, hémophiles, responsabilité, procès, indemnisation, loi, accident médical, commission d'indemnisation

Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum

Responsabilité et transfusion - Hépatite C (informations)

Informations sur Hépatite C

Depuis quand connaît-on le risque de contamination par le virus de l'hépatite C lors d'une transfusion sanguine ?

  • on sait depuis la deuxième guerre mondiale que des agents infectieux peuvent être transmis par le sang ou des dérivés sanguins, mais on ne connaissait pas l'hépatite C.
  • le virus de l'hépatite B a été découvert en 1965. Sa première image date de 1970.
  • le virus de l'hépatite A a été isolé dans les années 1980. Sa première image date de 1973.
  • un troisième virus "non A non B" a été soupçonné dès 1974. Le virus de l'hépatite C a été identifié en 1989.

Quel était le risque de contamination ?

  • Environ 5% à 7% des personnes transfusées ont été contaminées par le virus de l'hépatite C.

Combien de personnes ont été contaminées ?

  • le rapport du réseau national de santé d'octobre 1995 a estimé entre 500.000 et 600.000 le nombre de personnes affectées par le virus de l'hépatite C et conclut que 60% l'ont été soit par transfusion soit par l'utilisation d'une drogue par voie intraveineuse.
  • Ces chiffres ont été confirmés à la conférence de consensus hépatite C à Paris les 16 et 17 janvier 1997.
  • suivant d'autres spécialistes le nombre de personnes contaminées pourrait être plus élevé.
    Ainsi du professeur Thierry Poynard qui a fait la démonstration suivante :
  • chiffres moyens entre 1960 et 1990 de 500.000 transfusions par an en moyenne.
  • 5% de contaminations par l'hépatite C lors des transfusions soit 25000 par an.
  • entre 1960 et 1990 : nombre de personnes contaminées : 25.000 x 30 (ans) = 750.000.
Quels sont les autres modes de contamination ?

  • dans 40 % environ des cas, le mode de contamination n'a pas pu être clairement précisé : il s'agit de cas dits sporadiques.
  • s'agissant des autres modes de contamination, ils sont :
    • la toxicomanie intraveineuse (cause la plus importante)
    • les vaccinations
    • les interventions chirurgicales
    • l'acupuncture ou la mésothérapie
    • les tatouages
    • les infiltrations de corticoïdes
    • les actes d'endoscopie ou de cathétérisme
    • les actes de chimiothérapie anticancéreuse
    • les interventions dermatologiques ou esthétiques
    • les séjours en pays d'endémie (Asie et Afrique noire)
    • la voie professionnelle pour les professions de santé
    • la voie sexuelle (très faible)
    • la voie parentale (également très faible
  • pour plus de renseignement sur la contamination par voie naturelle

Quand a-t-on pu y remédier ?

  • en mars 1990, le dépistage de l'hépatite C par le test anti-HCV Elisa 1 a été rendu obligatoire. Grâce à ce test, le risque de contamination est passé d'environ 5% à 1%.
  • en mars 1991, le dépistage du virus a été amélioré par le test anti-HCV Elisa 2. Le risque de contamination est actuellement de 1/100.000.

I Retour en haut de la page I Retour sommaire Responsabilité et transfusion sanguine I Retour sommaire I

Conditions générales Contact
Créé et hebergé par Capit



avocat, droit, transfusion sanguine, contamination, SIDA, hépatite C, hémophiles, responsabilité, procès, indemnisation, loi, accident médical, commission d'indemnisation